Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y A-T-IL DU SURNATUREL ?

 

Références : Spinoza, Lettres à Hugo Boxel.

 

1. La question : elle porte sur l’existence des phénomènes surnaturels : est-ce que ces phénomènes ont une réalité ou bien sont-ils le produit de l’imagination d’un esprit crédule sujet à la superstition ? (Crédule = disposition à croire par absence d’esprit critique).

Projet : faire une cours à la manière de Socrate, cad donner une solution définitive qui engage chacun : ni l’opinion du professeur, ni celle du plus grand nombre mais la solution qui s’impose à une réflexion autonome (l’autonomie de la réflexion sera pour nous le seul critère de la vérité).

 

2. Le surnaturel, analyse de la notion

EXEMPLES : les fantômes, les esprits (le spiritisme), l’envoûtement, la magie, les porte-bonheur / malheur (les amulettes), les miracles (guérisons, résurrections), les messages et les interventions de l’au-delà etc. Le surnaturel englobe donc aussi le cas de la religion, du moins certaines croyances religieuses, toutes celles qui implique la croyance dans l’action du surnaturel.

On a donc des phénomènes qu’on n’expliquerait pas, qui relèveraient d’une autre logique et d’une autre origine que les phénomènes naturels.

D’où notre définition :

DEFINITION : on qualifiera de surnaturel un phénomène qui déjoue l’explication scientifique parce qu’il se produit indépendamment des lois de la nature voire en contradiction avec elles. Ces phénomènes ne sont donc concevables que sous l’idée d’une causalité surnaturelle cad comme des manifestations du pouvoir de puissances occultes capables d’intervenir sur le cours des choses : un ou des dieux, des esprits, bénéfiques ou maléfiques etc.

On aurait donc trois catégories de phénomènes :

a) Les phénomènes naturels : ils se produisent d’eux-mêmes conformément aux lois de la nature ; ils sont donc explicables scientifiquement.

Exemples : un cyclone : saisonnalité, identité du processus. Une éclipse de soleil ou de lune ; la rouille (l’oxydation).

b) Les phénomènes artificiels : ils sont produits par l’homme en utilisant les lois de la nature. Ils sont explicables scientifiquement.

Exemple : une matière plastique. Pétrole + polymérisation.

c) Les phénomènes surnaturels : ils sont produits par des êtres cachés et dérogent aux lois de la nature. Ils sont inexplicables scientifiquement

Exemples : un miracle (une guérison miraculeuse), la magie, les amulettes (porte bonheur ou malheur).

 

3. Conditions de la solution

Comment être certain de la réalité ou de l’irréalité du surnaturel ?

[Aucune possibilité sur le terrain de l’opinion : on finit par dire "moi j'y crois" / "moi ne n'y crois pas", ce qui ne prouve rien. Pour résoudre la difficulté il faut d’opérer la révolution intellectuelle propre au philosophe : mettre entre parenthèse ses opinions et ses croyances de manière à pouvoir considérer la chose en elle-même !]

 

1° modèle de solution : la démonstration mathématique : Exemple : on démontre par l'absurde que √2 n’est pas un nombre rationnel.

Vocabulaire :

Nombre rationnel : dont l’écriture n’est possible que sous la forme d’une fraction. EX. 1/3

Forme réduite : qui ne peut plus être décomposée. Ex. 2/6 n’est pas une forme réduite ; c’est 1/3

Théorème : proposition démontrée. Par exemple est démontré que le carré d’un nombre pair est un nombre pair.

La démonstration

Si √2 était un nombre rationnel, alors il existerait a/b qui en serait la forme réduite ; dès lors (a/b)² = 2 ; donc a² = 2b², donc a est un nombre pair -cf. le théorème cité plus haut-, qu’on peut écrire 2c (puisque c’est un nombre pair, on peut l’écrire deux fois un certain nombre).

Dès lors (en remplaçant a par son équivalent 2c) : (2c)² = 2b² ; donc 4c² = 2b² ; donc b² = 2c² ; donc b est un nombre pair.

Or si a et b sont pairs, a/b n’est pas une forme réduite. C.Q.F.D (= ce qu’il fallait démontrer).

 

Réflexion sur l'exemple : une démonstration est un enchaïnement logique qui conduit à une conclusion certaine. On respecte le principe de non-contradiction. On fait l'expérience d'une vérité certaine et qui ne se discute plus.

Valeur de la démonstration. L’hécatombe de Pythagore. De même Spinoza, Ethique, I, Appendice : [à propos du préjugé finaliste ou de l’explication par la volonté divine] «Ils ont donc admis comme certain que les jugements de dieu passent de bien loin la compréhension des hommes : cette seule cause eût pu faire que le genre humain fût à jamais ignorant de la vérité, si la mathématique, (…) n’avait fait luire devant les hommes une autre norme de vérité. »]

 

2° modèle de solution : l’expérimentation scientifique : mise en évidence de la fonction glycémique du foie par l’expérience du foie lavé. Rôle centrale de la raison scientifique.

On pose l'hypothèse que le foie est capable de produire du sucre (on croyait jusqu'à la fin du XIX° que les animaux en était incapables, qu'ils consommaient le sucre produit par les végétaux à travers leur alimentation).

Test expérimental : On rince soigneusement un foie; on mesure un taux de glycémie nul. On laisse ce même foie reposer durant 20 minutes; on mesure une glycémie positive. Il est donc certain que le foie produit du sucre. L'hypothèse est validée.

Réflexion sur l'exemple : l'hypothèse est une possibilité que l'esprit conçoit; elle existe dans et pour l'esprit. On ne peut la valider qu'en sortant de l'esprit, c'est-à- dire en la confrontant à la réalité. Elle est exacte si et seulement si elle passe avec succès le test de réalité qu'est l'expérimentation.

 

DONC LA QUESTION DEVIENT : Les phénomènes surnaturels sont-ils possibles matériellement et logiquement ?

 

4. Est-ce matériellement possible ?

 

Comment savons-vous qu’une chose existe, qu’elle est bel et bien réelle et non irréelle, c’est-à-dire imaginaire ou simplement hypothétique?

 

REEL : observable, perceptible, tangible = donné dans l’expérience. L’expérience : le sujet est mis en contact avec une matière qui lui est extérieure, avec un dehors qui s’impose à lui.

IRREEL : fictif, imaginaire : = donné à titre de représentation dans l’esprit.

Donc : Un phénomène réel n’existe pas seulement dans l’esprit à titre d’hypothèse ou de possibilité, il existe aussi en dehors de l’esprit, à titre de donné pour la perception.

 

ON COMPREND ALORS QUE : Les phénomènes surnaturels sont matériellement impossibles parce que pour être réels ils doivent être perçus donc avoir un contenu matériel. Or s’ils ont un contenu matériel, ce sont des phénomènes naturels explicables scientifiquement. On ne peut donc croire au surnaturel que par ignorance des causes réelles des phénomènes.

 

5. Est-ce logiquement concevable ? Une causalité surnaturelle est-elle concevable sans contradiction?

Ici on procède logiquement en s’appuyant uniquement sur la définition des termes.

Les phénomènes surnaturels, par définition, ont pour cause des forces ou des êtes immatériel existant dans l’au-delà. Exemple : un esprit, qui hanterait une maison en frappant ses murs, en faisant tomber des objets, en faisant grincer les portes.

Problème : si un être est immatériel, il ne peut pas agir sur l’univers matériel (comment déplacer une table si mes mains et mes bras étaient immatériels ? Si tel était le cas, mes membres traverseraient la matière de la table sans la faire bouger). Bref si des êtres immatériels existaient, ils seraient impuissants ; et s’ils étaient impuissants, leur existence nous resteraient ignorée…(on n’est censé connaître le surnaturel qu’à travers ces manifestations ; or celles-ci sont inconcevables et irréalisables).

 

ON COMPREND ALORS QUE : Les phénomènes surnaturels sont logiquement impossibles s’ils doivent avoir pour auteur des êtres immatériels peuplant l’au-delà. Car si ces êtres sont immatériels, ils ne peuvent pas agir sur les phénomènes matériels; et s’ils agissaient ici-bas, ils ne seraient plus de l’au-delà. Ce serait alors les causes naturelles de phénomènes naturels.

 

6. Conclusion : Nous nous étions demandé si le surnaturel pouvait exister. Nous savons maintenant que c’est impossible, hormis dans l’imagination d’un esprit crédule sujet à la superstition. Nous avons en effet montré que de tels phénomènes sont matériellement et logiquement impossibles et que le crédit qu’on leur accorde disparait avec le progrès de la connaissance.

Tag(s) : #COURS

Partager cet article

Repost 0