Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

JUSTICE ET EGALITE. ANALYSE D'UN SUJET DE DISSERTATION

Les inégalités sont-elles des injustices ?

 

1. ANALYSE DES TERMES

 

Les inégalités : les différences de condtion sociale (revenus, patrimoine) avec ce que cela entraine : des différences de prestige et de statut, des capacités inégales à profiter des opportunités et de plaisirs de la vie.

 

Des injustices : des situations contraire à la justice, étant donné que l’idée de justice est d’abord celle de ce qui doit être, de ce qui est légitime.

 

--> Des injustices sont donc des situations illégitimes et condamnables. Les inégalités relèvent-elles de cette catégorie ?

 

La justice implique de traiter identiquement chacun, en lui attribuant ce qui lui revient de droit, ce qu’il mérite. La justice implique le CONCEPT UN CONCEPT D'EGALITE, mais aussi de DIFFRENCE (mérite).

 

L’égalité a deux formes :

 

a) stricte : on demande ou on donne la même chose à tous.

b) proportionnelle : on demande et donne à proportion de la contribution ou des moyens de chacun ; on parle alors d’EQUITE, ce qui introduit des différences à l'intérieur du traitement égalitaire des personnes. Exemple : les systèmes d’imposition sont progressifs : on contribue à la mesure de ses moyens, suivant la règle de l’équité.

On distingue aussi, à la suite de Marx l’égalité formelle, c’est-à-dire l’égalité des droits juridiques, des libertés (la conception libérale), et l’égalité réelle que Marx souhaite réaliser politique, c’est-à-dire l’égalité des conditions sociales (c’est la conception communiste).

 

2. LES HYPOTHESES

 

--> Les inégalités sont des injustices si rien ne peut en justifier l’existence. Dans ce cas l’homme a le devoir absolu de supprimer les inégalités et de ne pas se contenter de l’égalité des libertés, de la simple égalité juridique que Marx appelle égalité formelle : ils doivent instituer et bâtir une société d’égalité réelle, donc accomplir la liberté dans l’égalité des conditions sociale (disparition des classes) c’est la tâche essentielle de la politique. Mais peut-on réaliser l’égalité réelle par des moyens politique, à l’aide du pouvoir d’Etat ou du pouvoir des masses, sans violence et sans détruire la liberté ?

 

--> Les inégalités ne sont pas des injustices si elles sont légitimes : si par exemples les hommes sont naturellement inégaux par la capacité ou la volonté, et qu’ainsi il juste autant que fatal qu’ils soient inégaux par la condition : si nature et justice coïncident comme le soutient Calliclés dans le dialogue de Platon intitulé Gorgias. Dans ce cas, il faut travailler à justifier les inégalités, à les faire accepter subjectivement et objectivement (Hayek, Von Mises, les idéologues du courant ultra-libéral). Mais l’égalité ne peut-elle régner qu’entre des individus identiques par les aptitudes ? Si un homme court plus vite que moi, a-t-il pour cette raison droit à plus de droit que moi ? Est-ce qu’il n’y a pas une identité entre les hommes plus fondamentale que toutes leurs aptitudes, et qui en serait la justification décisive ?

 

--> Les inégalités pourraient être soit justes ou soient injustes suivant certaines conditions : dans ce cas des inégalités pourraient être tolérées, soit parce qu’elles sont inévitables soit parce qu’elles ont une utilité : qu’elles amènent par exemple un avantage soit à toute la société soit à la partie la moins avantagée de la société, avantage qui serait perdu sans elles. (Rawls est ici notre chef de file…)

 

3. QUESTIONS DE FOND….

Y a-t-il identité entre justice et égalité ? 

Les hommes sont-ils égaux ou inégaux ?

Si la justice c’est l’égalité, quelle forme de l’égalité est-elle la plus juste ? Dans quels domaines ? Dans quelle mesure ?

Tag(s) : #DISSERTATION

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :