Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hermès, le messager des dieux

Hermès, le messager des dieux

L’Interprétation


Le terme désigne :

 

--> Soit la démarche ayant pour but la compréhension du sens.

 

--> Soit l'exécution d'une oeuvre (on interprète une partition ou un rôle : intepréter est alors synonyme de "jouer")

 

Ce qui peut s'interpréter, ce qui ne peut pas s'interpréter :

 

--> On interprète un poème, un geste, une oeuvre ou un rêve, c'est-à-dire une production humaine qui a pour origine une intention : les productions humaines doivent être comprises.

 

--> On n'interprète pas un phénomène naturel, qui n'a aucun sens et n'a pas pour origine une intention. Vouloir donner un sens à un phénomène naturel (une éclipse, un tremblement de terre) relève de la superstition : les phénomènes naturels doivent être expliqués.

 

Comprendre c'est saisir et exprimer l'intention dont le phénomène interprété est l'expression (un nageur agite un bras pour dire qu'il est en difficulté).

 

Expliquer c'est saisir et exprimer la relation nécessaire entre un effet et sa cause (l'élévation de la température est la cause d'une évaporation)

 

L'interprétation est nécessaire lorsque le sens du phénomène doit être trouvé ou produit.

 

--> Trouvé : lorsque le phénomène est ambigu, équivoque ("qu'est-ce que ça veut dire ?"). Lorsque De Gaulle s’adresse à Alger à la foule et lance son céléèbre « Je vous ai compris » : les historiens discutent encore de savoir ce qu’il a voulu dire, la suite des événements ayant montré que cela n’était pas clair du tout.

--> Produit : lorsque le sens doit être rendue sensible, manifeste : le musicien fait exister la musique inscrite dans la partition en la jouant, le comédien fait exister le personnage inscrit dans le scénario en le jouant etc.


Interprétation, démonstration explication


--> Démontrer c’est exposer la nécessité intellectuelle qui lie certains concepts (si une figure est un triangle alors elle est telle que la somme de ses angles égale 180° ; il n’existe pas de droit du plus fort parce que si c’est la force qui fait le droit, alors il n’y a pas de droit).

--> Expliquer c’est énoncer la relation qui lie un effet à sa cause : le fer rouille par oxydation ; les inégalités augmentent sous l’effet des politiques néo-libérales.

Démontrer et expliquer conduisent à un résultat qui est certain, objectif et unique.

A l’inverse l’interprétation semblera au mieux plausible, et il existe nécessairement une pluralité d’interprétations pour chaque phénomène étudié.

Enfin si tout raisonnement peut se formaliser comme un calcul, ce qui rend possible son traitement par une machine, l’interprétation est impossible sans l’activité d’un sujet interprétant : elle comporte une irréductible dimension de subjectivité : l’interprétation des événements de mai en 1968 dépend de l’historien qui la propose et du parti-pris doctrinal qui est le sien : l’historien marxiste y voit une crise sociale, l’historien libéral une crise sociétale, l’historien conservateur une forme de gigantesque récréation.

Problèmes

--> On peut se demander si l’interprétation a sa place seulement en art ou si elle a aussi sa place en science ; ce qui suppose que l’interprétation puisse être une démarche rigoureuse nécessaire à la connaissance de certains phénomènes.  Mais comment cela peut-il être possible si l’interprétation comporte une irréductible dimension subjective et spéculative ? 

--> On peut aussi s’interroger sur l’interprétation de l’œuvre d’art, dans les deux sens du terme « interprétation ». On s’interrogera alors sur ce qui fait valeur (la qualité) d’une interprétation : qu’est-ce qui distingue une bonne d’une mauvaise interprétation ? Est-ce qu’on peut parler de la vérité d’une interprétation en art?

Tag(s) : #FICHE NOTION

Partager cet article

Repost 0