Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AUTOUR DE LA THEORIE DU CONTRAT. NOTIONS ET PROBLEMES DE PHILOSOPHIE POLITIQUE (3)

Un contrat : c’est un engagement formel par lequel des individus s’obligent mutuellement à respecter certaines dispositions qu’ils ont librement fixées.

La théorie du contrat : elle est au fondement de la théorie politique moderne, au principe de la conception libérale de l’autorité politique. Elle consiste à reconnaître l’absence de fondement ontologique ou métaphysique du pouvoir, en rupture avec l’antiquité (le pouvoir doit refléter un ordre objectif : le cosmos, l’Idée du Bien) et le Moyen-âge (tout pouvoir vient de Dieu). Les premiers théoriciens modernes du droit, Thomas Hobbes et John Locke s’efforcent de penser l’origine du pouvoir politique sans le dériver d’un principe transcendant, donc d’une manière totalement immanente. Dans cette perspective on ne peut raisonnablement penser que les hommes se soient données des institutions qui les lient et les obligent sinon par intérêt bien compris ou par nécessité : l’intérêt ou la nécessité aurait donc conduit les hommes à s’entendre sur l’existence d’une autorité souveraine (l’Etat) et de lois pour les gouverner. C’est là le schème de la théorie du contrat social, ou théorie contractualiste, qui est communes (avec des nuances) à Hobbes, Locke, Spinoza, Rousseau, Kant, et pour le XX° siècle John Rawls. Sont critiques de cette conception  (ou seraient, par anachronisme): Aristote, Hegel, Marx, et toute la tradition politique issue des sciences sociales (anthropologie, sociologie en particulier). Remarquez que notre Déclaration des droits de l’homme et du Citoyen est d’essence contractualiste et libérale. En affirmant dans son article premier que « Les hommes naissent libres et égaux en droit… » Elle affirme que l’homme est libre par nature, c’est-à-dire avant toute constitution d’une société ou d’un état civil. La position originelle de l’homme serait donc l’indépendance individuelle (absolue mais précaire dans la nature) et ce ne pourrait être que par un premier accord entre individus (formation du pacte civil, du contrat social) que sont censé s’être constitués la société et l’Etat.

En référence à cette conception il faudra donc distinguer état de nature et état civil.

L’état de nature est le concept (tout théorique, attention, les penseurs contractualistes n’ont jamais pensé qu’il s’agissait d’une réalité historique, d’un épisode de l’histoire de l’homme antérieurement à la formation de la société et de l’état civil.

L’état civil est la condition de l’homme vivant en société, sous des lois et des institutions.

Tag(s) : #FICHE NOTION

Partager cet article

Repost 0