Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LES GRANDS COURANTS DE PENSEE. DISCIPLINES DE LA CONNAISSANCE (2)

Le matérialisme : c’est d’abord, et à strictement parler, une ontologie, qui pose que toute chose existante est uniquement composée de matière. La matière est de manière générale la substance tangible dont sont faites les choses. Le matérialisme est donc une ontologie de type moniste c’est-à-dire pour laquelle le réel est fait d’une et une seule et même « étoffe » et que cette étoffe des choses est matérielle, ce qui signifie qu’elle est perceptible : on peut la voir, la toucher, la sentir etc, soit directement par nos sens soit indirectement par nos appareils et nos mesures techniques. Concrètement il existe une infinité de matériaux divers et de composés de ces matériaux (bois, fer, plastique, tissu, fibre végétale, fibre synthétique etc.) mais qui ont tous comme propriété commune d’être entièrement perceptibles par le corps –celui de l’homme, celui de l’animal et de lui opposer une résistance : la matière, c’est aussi ce qui résiste, ce qui a sa consistance propre. Le matérialisme est donc inséparable d’une thèse sur la réalité et l’intelligibilité des phénomènes : il ne saurait exister de réalité immatérielle et tout phénomène quel qu’il soit est, à strictement parler, explicable suivant le principe de la causalité matérielle. On comprend par là que le matérialisme est un athéisme, qu’il sous-tend l’esprit de la science, notamment en biologie (évolutionnisme), mais aussi la politique, la morale et le droit : les valeurs et les normes sont strictement d’institution humaine, ne relèvent pas d’un principe transcendant –Dieu, la Raison etc. C’est le point de vue de Spinoza ou de Marx.

L’idéalisme : ontologie pour laquelle ce qu’il y a de plus réel dans la réalité n’est pas le corps matériel perçu, mais sa représentation intellectuelle conçue, son Idée. A l’origine de cette manière de penser, on peut remonter à Platon, qui dans La République, fait remarquer par la bouche de Socrate qu’un objet comme un lit par exemple apparait à la vue de différentes manières selon qu’on le voit d’en dessous ou d’en dessus, mais qu’il est toujours perçu et reconnu par nous comme un seul et même lit. Il y aurait donc à distinguer entre l’apparence sensible des choses et la réalité des choses, entre le contenu perceptif variable suivant le corps et ses états et la représentation dans l’esprit du lit-en-soi qui elle reste identique et stable. Généralisé, ce raisonnement amène à dire qu’il y a à soigneusement distinguer le monde variable et changeant de nos perceptions - LE SENSIBLE- et la réalité stable conçue par la raison par-delà cette manifestation sensible –L’INTELLIGIBLE-. Autant dire : UN MONDE D’APPARENCE ET UN MONDE AUTHENTIQUE. Cette ontologie a pour conséquence de fixer comme but à la connaissance la saisie de la réalité transcendante absolue de chaque chose et à la morale et la politique les principes transcendants absolus de la conduite ou du gouvernement. (Mais d'où viennent les Idées ? Comment sommes-nous capables de les concevoir, des les atteindre ? A cela Platon répond par un mythe…, celui de la REMINISCENCE).

L’empirisme : doctrine relative à la nature de la connaissance, qu’on peut résumer par la formule : « il n’y a rien dans l’entendement qui n’ait d’abord été dans les sens». L’empirisme fait donc de la sensation, et plus largement de l’expérience la source des idées et de la connaissance. Par exemple l’idée de la connexion nécessaire entre des phénomènes ou causalité (eau pure / 0° / glace) est-elle une idée a priori que l’esprit possède de manière innée ou un dérivé de l’habitude de voir le phénomène se reproduire (un principe a posteriori) ? David Hume l’affirme, contre Leibniz ou Kant par exemple, pour qui « il n’y a rien dans l’entendement qui n’ait d’abord été dans les sens excepté l’entendement lui-même » Leibniz ou « toute notre connaissance commence avec l’expérience mais toute notre connaissance ne dérive pas de l’expérience », Kant.

Le rationalisme : c’est donc la conception opposée à l’empirisme, suivant laquelle il existe des principes innés de la connaissance, donc une structure théorique a priori de toute nos connaissance : la causalité, qui s’exprime notamment dans la loi scientifique (U = R . I ; v = 1/2gt² ; E=MC²) ne serait pas dérivée de l’expérience mais en constituerait le cadre a priori. Il y aurait donc pour certains rationalistes (Descartes, la « mathesis universalis » ou science universelle de toute chose) une structure intelligible du réel dont les phénomènes naturels seraient les réalisations approximatives : la chute d’un corps obéit à l’idéalité de la loi de la chute des corps, le mouvement d’un solide à l’idéalité du principe inertie, l’approximation étant due aux conditions particulières de l’événement.

La phénoménologie : c’est une démarche méthodologique fondée sur la description des choses telles qu’elles sont perçues et vécues : pour comprendre l’amour, il ne faut pas partir d’une définition préalable (d’un concept) de ce sentiment, mais décrire l’état psychologique et relationnel du sujet amoureux. La phénoménologie repose donc sur une ontologie et elle a des conséquences épistémologiques : ontologiquement, elle tient qu’il n’y a pas de différence entre l’être et le phénomène, que la réalité se confond avec ce qui est perçu et vécu par le sujet conscient (thèse du « primat de la perception ») ; épistémologiquement que la représentation scientifique du monde est une simplification et une schématisation du seul monde authentiquement réel, c’est-à-dire le monde de la perception et du vécu et qu’il faut être très attentifs de ne pas réduire théoriquement (par la représentation qu’on s’en fait) et pratiquement (dans nos valeurs, dans nos lois, dans l’organisation de nos modes de vie et de nos sociétés) l’objet réel à l’objet que la science étudie. De ce point de vue les artistes, peintres, poètes, romanciers, cinéastes etc. nous en apprennent plus sur la réalité que les scientifiques, qui eux, qu’ils en soient ou non conscients, travaillent en vue de la maîtrise technique du réel, pas à sa connaissance.

Tag(s) : #FICHE NOTION

Partager cet article

Repost 0