Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La conscience est la faculté qu’à l’homme de penser et de se penser. C’est un phénomène complexe qui fait que l’homme se sent exister comme une personne singulière dotée d’un sens moral et d’un libre-arbitre. Ce qui semble de toute évidence faire de lui un être à part, irréductibles à tous les autres êtres existants, les animaux bien sûr mais aussi les phénomènes naturels.

Il nous semble donc évident que toute comparaison de l’homme aux autres êtres rencontre immanquablement des limites précises fondées sur la conscience, et c’est ce que nous montrerons d’abord. Mais le témoignage de la conscience est-il si fiable qu’il y paraît? La conscience est-elle le moyen d’une connaissance de l’homme et de sa condition ou bien un facteur illusion?

Toutefois, même si on ne pouvait fonder sur la conscience un statut d’exception pour l’homme, il semble difficile d’identifier son existence à celle des animaux ou des phénomènes naturels. Dans ce cas comment la conscience fait-elle différérer l’homme des autres êtres, même si elle n’en fait pas pour un être à part?

 

I/ Quelles raisons avons de penser que la conscience rend l’homme inassimilable à tout autre être?

 

a) Descartes, l’animal agit mécaniquement, l’homme est conscient de ce qu’il fait, il peut agir par libre-arbitre.

 

b) Kant, la conscience fonde la valeur absolue de la personne humaine.

 

c) Cependant la thèse n’est vraie qu’à la condition que la conscience que nous avons de nous-même et de notre condition nous révèle tel que nous sommes (que le témoignage de la conscience soit véridique). Ce dont on peut douter si l’homme est avant tout mû par ses désirs et s’il existe un inconscient.

 

II/ La conscience : moyen d’une connaissance ou source d’illusions?

 

a) Freud : l’existence de l’inconscient ruine toute prétention à un statut d’exception. (les trois démentis)

 

b) Spinoza : les hommes agissent sous l’influence de leurs désirs (impulsion, appêtits), le libre-arbitre est une illusion liée au fonctionnement de la conscience. (les hommes se croient libres parce qu’ils sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les détemrinent à désirer; l’homme n’est pas un empire dans un empire).

 

c) La conscience ne permet pas de justifier d’un statut d’exception pour l’être humain. Toutefois la condition humaine diffère de la condition animale, une des raison de cette différence résidant dans la conscience. En quoi la conscience rend-elle l’homme profondément différent des autres êtres?

 

III/ La condition humaine est-elle réductible à la condition de l’animal ?

 

“Le poisson, qui est dans la mer, ne sait pas que c’est la mer.” Poète anonyme.

 

« 900 cm3 en trop qui font les suicidés et les poètes. » Alain Prochiantz, biologiste de l’évolution

 

a) L’homme est conscient de son existence et de l’existence des choses, qu’il peut méditer, contempler et réprésenter (la science, la philosophie, l’art).

 

b) La connaissance du fonctionnement cérébral et de l’évolution de notre espèce montre une singularité évolutive chez l’homme, qui conditionne l’existence de la conscience de soi : le volume sans équivalent du néo-cortex, qui explose il y a 120 000 ans.

 

c) L’homme est capable de représentation et d’objectivation de ce qui l’entoure ; ce qui lui donne une capacité technique sans égal. Il est donc dans un rapport singulier à ce qui l’environne, tout autre que celui des autres espèces animales, sans qu’il soit pour autant métaphysiquement différent des autres  espèces animales.

 

Conclusion : Nous savons maintenant que si la conscience prend avec l’homme une dimension inégalée, elle ne fait pas de lui un être à part, sauf à accepter sans critique un présupposé d’ordre religieux ou métaphysique. Nous avons en effet établi que le témoignage de la conscience doit être acueilli avec précaution et qu’on ne peut tenir pour des évidences les données que nous fournit notre conscience. La conscience établit donc bien une différence entre l’homme et les autres êtres, mais elle ne fait pas de lui un être à part si on entend par là une exception au sein de ce qui existe.

Tag(s) : #DISSERTATION

Partager cet article

Repost 0